Stage > Technique Alexander pour les musiciens

Animé par Catherine Vernerie

LA MÉTHODE ALEXANDER POUR LES MUSICIENS, POURQUOI ?

Le corps du musicien est encore peu questionné, l’enseignement de la musique fait bien souvent trop peu de place au corps. Pourtant les mouvements, attitudes, respirations déterminent pour une grande part les qualités de la composante sonore. Le premier instrument du musicien n’est-il pas son corps ? Et le spectateur auditeur n’a- il pas lui-même un corps qui respire, qui réagit aux sollicitations de la musique, qui  bouge – ou s’interdit de bouger – un corps qui vibre et qui perçoit ?

Catherine Vernerie en séance individuelle avec une contrebassiste.

Séance individuelle avec la contrebassiste Christiane Ildevert.

Les musiciens reçoivent en général peu d’informations sur la manière d’utiliser leur corps dans la pratique de leur instrument. Pourtant  ils se plaignent souvent de maux divers : mal au dos, tendinites, mal à la nuque, difficultés à gérer le stress, troubles respiratoires… sans parler de la question de la présence en scène qui est souvent problématique et négligée. La pratique de l’instrument nécessite des adaptations fonctionnelles, une gestion de l’équilibre et de la posture, une maîtrise de la respiration et du stress qui ne sont pas forcément toujours bien enseignées au sein des écoles de musiques et conservatoires.
La méthode Alexander propose de donner aux musiciens des outils fiables en mesure de les aider à détecter les habitudes nocives pour les remplacer par des manières  plus adéquates d’utiliser leur corps dans la pratique de leur instrument. De même que les danseurs, les instrumentistes devraient apprendre à s’échauffer, à se détendre avant et après un concert, à repérer ce qui est bon pour eux et ce qui ne l’est pas.

«  Si vous faites ce que vous avez toujours fait, vous obtiendrez ce que vous avez toujours obtenu.  » Alexander

La méthode Alexander propose une exploration du corps en douceur dans un climat d’écoute et de confiance. Les mouvements proposés sont simples, les consignes verbales sont complétées par un toucher très délicat qui donne des indications précises pour induire peu à peu des transformations dans la posture et les mouvements.
Les tensions, les douleurs, les difficultés ne peuvent être dépassées que grâce à un travail minutieux, patient, respectueux de l’individu et de son histoire. La méthode Alexander, en donnant les clés d’une meilleure connaissance des mécanismes corporels et en apprenant à mieux les gérer, permet d’accéder à une pratique plus autonome et créative. Elle peut aider à développer l’écoute, la présence, la fluidité du mouvement, sa finesse et sa lisibilité, tout cela permettant une relation à l’instrument.
Elle est un formidable outil de transformation et d’autonomie. En Angleterre et aux USA où cette méthode est plus largement répandue qu’en France, des professeurs d’Alexander interviennent régulièrement dans des conservatoires et écoles de danse et de musique.

« Tout le monde veut faire les choses bien, mais personne ne prend le temps de considérer si son idée du bien est juste. » Alexander


En atelier collectif on aborde les fondamentaux de la technique :
– prendre conscience des tensions inutiles et des habitudes nocives,
– éliminer ces tensions et remplacer ces mauvaises habitudes par de bonnes habitudes,
– repérer les difficultés liées à la pratique de chaque instrument, notamment au niveau des articulations et du dos ; qu’est ce que mon instrument m’oblige à faire ou non ? Comment au mieux gérer les contraintes de mon instrument (taille, poids, doigté spécifique, posture…) ?
– rééduquer les sensations proprioceptives (sensations internes),
– développer la conscience du soutien de la musculature profonde,
– équilibrer détente et tonicité.

Ces outils permettent aux musiciens de trouver en eux les moyens d’améliorer le son, le rythme, la vitesse, l’écoute, la concentration, le trac, l’endurance et l’expressivité.

Les séances individuelles où chacun travaille avec son instrument permettent de répondre aux problématiques de chacun. Elles peuvent être publiques, chacun travaillant avec le professeur devant le groupe qui observe, à tour de rôle.


> CONTACT :

Catherine Vernerie /// 06 77 87 21 96 /// catherine (at) subito (tiret) presto (point) com